Enfantillages

Diffusion Birdy Prod

BIRDY PROD présente

Enfantillages

Enfantillages nous fait voyager dans l’enfance en suivant le récit d’un petit garçon attendrissant.

A travers ses yeux, les personnages défilent. Son regard se porte, tour à tour, sur le boucher, qui tue les animaux dans la cour de derrière ; le commis du boucher, dont on ne connaît l’anatomie qu’à travers la serrure de la porte ; la femme du garde champêtre dont on a tué le chat et qui redoute de se le voir servir par le boucher en guise de bifteck ; l’instituteur de la République qui a un mal fou à maîtriser sa classe, à moins que ce soit la classe qui ne maîtrise l’instituteur devenant fou ; le curé cherchant à trouver les mots justes pour expliquer ce qu’est le paradis, l’âme ; la soeur de Marcel et Marcel, l’ami pour toujours…
Tout ce beau monde se croise et prend vie dans les yeux et dans les mots d’un enfant.

Un texte empreint de joie, de naïveté, de rire et d’émotion.
Raymond Cousse fait le récit de l’absurdité, de la cruauté et de l’injustice du monde. Ce monologue, écrit avec une stupéfiante exactitude, un style exceptionnel, fut salué par Beckett et Ionesco.
Auteur
Raymond Cousse
Graphisme
Paul Verveine
Mise en scène & Scénographie
Serge Irlinger
Photos
Jacques Balcon
Costumes
Odile Mascles & Edwige Payet
Production
Compagnie de l’Île Lauma
Crédits photos :
Jacques Balcon

Raymond Cousse

Thomas Bernier

Auteur

Raymond Cousse nait à Saint-Germain-en-Laye d'une famille bretonne venue trouver du travail en région parisienne. Il pratique un grand nombre de sports au cours de sa jeunesse, notamment l'athlétisme et la course à pied.

Sa découverte de l'œuvre de Samuel Beckett lui fait un choc et le décide à se lancer dans la littérature. Il commence à écrire Enfantillages à l'âge de 25 ans, puis La Terrine du chef. C'est le début d'une carrière de comédien autodidacte, car il n'a jamais reçu une quelconque formation.

Il achève Stratégie pour deux jambons en 1976, un roman publié en 1978, puis adapté pour la scène en 1979. Cette pièce tourne beaucoup et devient même la pièce française la plus jouée au monde dans les années 1980.

En 1984, il crée Enfantillages au festival d'Avignon, dans sa propre mise en scène. Cette pièce sera traduite et jouée un peu partout dans le monde.

En 1991, il publie La Découverte de l'Afrique au Dilletante. Le 22 décembre de la même année, il se suicide.

Laurent MASCLES

Régis Olivier

Comédien

 
Laurent Mascles entre dans la classe d’art Dramatique de L’ENMDAD de Brest.

Il suit les enseignements de Sylvian Bruchon et Régine Trotel, Madeleine Louarn, Patricia Jeanneau, Pascal Decolland, Valérie Blanchon.

En 2008, il crée « Debout et libre » à partir de textes d’Aimé Césaire ; 2009, il met en scène « La Mort Morte » de Ghérasim Luca ; 2011, « Stratégie pour deux jambons » de Raymond Cousse ; 2014, Serge Irlinger le met en scène dans « Enfantillages », de Raymond Cousse ; 2015, il joue Dom Juan dans une adaptation de Laure Huselstein « Feu Dom Juan »; 2018, en coproduction « La vie de M. de Molière » de Mikhaïl Boulgakov.

le teaser

La presse en parle

Espiègle, il ouvre de grands yeux et jubile. Laurent Mascles campe avec finesse ce petit garçon à travers qui Raymond Cousse porte un regard acerbe sur le monde des adultes. Eux, ils ont une grosse voix. Lui, il a un accent appuyé qui permet tout les excès... Sans fausse pudeur, il regarde à travers la serrure et partage ses secrets avec son copain Marcel. Un parcours initiatique où il est question de la cruauté du boucher, des gens d'Eglise, de l'instituteur de la République mais aussi de l'initiation à la sexualité avec la sœur de Marcel qui a les "quatre fers en l'air et une bête pleine de poils entre les jambes".

L'innocence des deux copains qui, pour une cigarette, caressent avec la langue  les zizis des grands dans les toilettes, est mise à rude épreuve dans ce texte ciselé, qui mêle poésie et absurde. Une satire admirablement servie par Laurent Mascles dans une mise en scène au cordeau signée Serge Irlinger. Et à la fin, c'est l'acteur qui vous ouvre la porte et vous propose un verre de limonade bien fraîche. Dommage je n'ai pas eu le temps... Prenez-le !

Un spectacle du festival Oups était présenté, samedi, dans l'enceinte du Patronage laïque Le Gouill.
Le spectacle « Enfantillages » a fait voyager dans l'enfance une centaine de spectateurs en suivant le récit d'un petit garçon.
Écrite par Raymond Cousse, la pièce fait le récit de l'absurdité, de la cruauté et de l'injustice du monde avec une stupéfiante exactitude et un style exceptionnel.
Le texte, drôle et empreint de naïveté et d'émotion, est joué à la perfection par Laurent Mascles, de la Compagnie de l'Île Lauma, bien connu du milieu du théâtre brestois.
« Enfantillages » est un spectacle qui nous fait retourner en enfance à travers le récit d'un petit garçon attachant. Il nous témoigne de ses aventures auprès de son copain Marcel, parle du boucher et de ses cochons d'Inde, de son instituteur devenant fou, du curé qui tente tant bien que mal de lui expliquer la vie, la mort et l'âme humaine ou encore de la soeur de Marcel et de sa "bête poilue". Ce monologue de Raymond Cousse relate donc de chaque épopée enfantine, jouant sur la naïveté et l'innocence du personnage. Un texte de ce genre n'est pourtant pas facile à interpréter ni à mettre en scène mais Serge Irlinger réussit à diriger Laurent Mascles de façon adéquate pour qu'il nous transmette l'émotion et l'humour du texte. La gestuelle du comédien rappelle l'univers enfantin et les cours de récréations. Il jongle facilement entre les répliques des différents personnages et nous plongeons dans ce récit humain. Dommage que ce spectacle qui ne s'adresse pas au public le plus jeune car il contient quelques passages un peu déplacés.

La Compagnie L'Île Lauma

Maison des Associations
6 rue Pen Ar Créac’h
29200 Brest

Image

RESEAUX SOCIAUX

Suivez l'actualité du spectacle sur vos réseaux sociaux préférés

Sur Facebook

Image

BIRDY PROD ©

Image

Du sourire à tous les étages

© Birdy Prod 2022 | Droits déposés